Ma fierté 237…

Ce billet sera totalement et entièrement subjectif. Emotions, sentiments, s’entremêlent lorsque je pose des mots sur cette page. Aujourd’hui, je vous parle de ma fierté de 237 du moment. Je suis particulièrement émue de vous présenter la Mboatape III. Je ne suis pas une zexperte, mais  mon cœur parle. La mboatape est un projet d’une amie Esta… Oui, oui, nous sommes en République bananière. On est censé mettre en avant les amis. La méritocratie, c’est zéro… rhooo.Tracklist

La Mboatape, c’est quoi ?

C’est d’abord un site : www.mboatape.com  Puis c’est Esta et son équipe. La Mboatape, c’est une oreille musicale. Elle réunit sur une playlist, et selon sa sensibilité des chansons urbaines du terroir. Surtout la playlist raconte une histoire.

La « MboaTape » est une compilation de musique urbaine (Rap, R&B, Soul, Néo- Makossa …) à l’ADN camerounais, qui a pour vocation la découverte de talents, mais également le renforcement de l’image de notre culture urbaine. Disent-ils.

En plus d’être projet mettant en valeur la musique urbaine camerounaise, elle permet de découvrir des talents. J’ai hâte de vous raconter mes émotions face à ces sonorités.

La Mboatape III

C’est 16 titres repartis entre plusieurs artistes. Je vous parlerais de mes coups de cœur, ceux que je ne cesse d’écouter.

 

Titre 1 : La perle (Love) par A. TLC, c’est le premier titre. C’est de la soul. Doux, sexy, tu as l’impression de trouver dans un scénario à la Trey song. Le flow, eh Dieu, est lent. On dirait boys 2 Men mais en camerounais quoi ? Super sexy ! Quoi ? C’est vrai…

Titre 2 : Angel par Edel Koulla, Il débute par un refrain en Douala. Merci la sensualité ! Pourquoi ? Le douala est la langue au Cameroun par excellence de l’amour. La chanson est du même registre que celle précédente, lente et sexy… Elle est une prière à Dieu « Suffer never finish… » On avance quoiqu’il arrive, le pays est dur… mais on chante à l’unisson : notre « chère patrie, terre chérie ». On va le développer quoiqu’il arrive. « You play Ludo, i play chest ».

Titre 3 : Trowey (feat. Rude Bwai) par Ewube, bienvenue au sud-ouest du pays. Ici, nous parlons le pidgin (argot anglais). Les sonorités rappellent celles des sons naija. Rude Bwai est mouaaaaaaaack. Ewube me rend …bref ! J’arrive pas à mettre des mots sur mes émotions. On est au pays. On se croit à Buéa, à limbé. La lenteur des phrasées nous rappelle qu’on est vraiment au Cameroun.

Titre 3 : Plenty Money (feat. Magasco) par Amadou King, c’est la rencontre entre le sud-ouest et le nord du Cameroun… je vous laisse imaginer le cocktail. En plus, Magasco a posé sa voix dessus. Quoi ? Quoi ? Je ne suis pas une… groupie lol…

Titre 6 : Puis il y a Ndutu de Locko… hummm comment dire, c’est unique ! Mélanger à ce point l’anglais, le français avec une telle aisance. J’ai dansé en route à cause de cette chanson. Vous savez , comme dans les comédies musicales. Alors là, rien avoir avec le fait qu’il dit que les go Kamer sont trop jolies. Alors là, rien à voir.

Titre 9 : Place à Adango sweet sexy… c’est du funk. C’est cette sensualité. C’est cette folie, cette façon de m’emmener vers des pas de danse super sexy. Humm sur ce coup j’ai pris sur moi, je n’ai pas dansé en route.

Titre 11 : Cest mon préféré de cette mboatape 3, coolkid seriously… je l’ai écouté dix fois. Eh oui ! j’ai dansé dans la rue avec la balle à terre… oui, oui, j’assume !

Titre 13 : C’est comme mon Dr Dre du pays. C’est Monsieur Sadrak, mesdames et messieurs… Mets la main dans la poche. Il a cette façon d’être activiste qui me rend presque coupable de ne pas l’être. Il dénonce les maux de la société d’une légère agaçante!

Titre 15 : Il est dans ma playlist parce qu’il m’a surpris. Loic Nkono a joué à l’intelligent. C’est rare comme l’éclipse. I need holy wata to believe that …

 

Bienvenue dans la musique urbaine camerounaise…  J’en suis si fière. Vous pouvez les découvrir ici… www.mboatape.com il se termine par… Ancien combattant, dernier titre ! Découvrez-le !

Si vous voyez un 1M42, c’est moi. Dansant, essayant de défier les lois de la gravité, c’est moi. Je ne suis pas folle, c’est la faute à la Mboatape 3, c’est la faute à tout ces artistes (cités ou pas dans ce billet), c’est la faute à Esta et son équipe.

Son’a ponda!

The following two tabs change content below.
Danielle Ibohn
Je suis hypothétiquement barrée... Je dis bien hypothétiquement. Community Manager en herbe, se prenant rarement au sérieux.