Cameroun: Je blogue donc je suis?

Étiquettes
6 janvier 2015

Cameroun: Je blogue donc je suis?

Les blogueurs camerounais… depuis une semaine, je vous menace. Je sais que le digital est le nouveau métier à la mode. Tout le monde se prévaut évangéliste, pionnier, avant-gardiste. Je vous l’accorde, le terrain est encore vierge, le milieu tend à se construire. Mais sous-entends dit-il, qu’il faut faire n’importe quoi ? Je ne pense pas. Aujourd’hui, je m’attaque aux blogueurs camerounais. Ceci est une critique acerbe. Le blogging, C’est un pan du digital. C’est lui qui crée du contenu. Il est d’autant plus important qu’il donne un positionnement, le pouls du Cameroun. N’en dément les journalistes, il a le pouvoir d’influencer les pensées.

@blogapart.info
@blogapart.info

La pléthore des blogs

Avec la démocratisation des coûts d’internet au Cameroun (Dieu, merci il y a une justice dans ce monde. Thank you Djizoous ! Quoi ? Ce n’est pas facile, lol), les blogs ? On en compte près de 200 indépendant de l’espace géographique (de la diaspora ou natif). Sur quoi, je me base ? Le groupe facebook des blogueurs camerounais, le nombre d’inscrits et le nombre de blogs mentionné. Ce qui présuppose que certainement, il n’est pas exhaustif ce chiffre.

Les blogs dits « sociaux »
Les blogs au Cameroun sont presque tous d’une même catégorie. Ils traitent des faits sociaux : politique, économique, fait divers, écologique, environnement, culture en GENERAL. Alors le traitement est linéaire et barbant. Il finit par devenir un journal intime, avec des textes kilométriques, des transitions « bateaux » d’une idée à une autre. Comme celle-ci… Quoi ? Lol !

Les blogs dits « de mode »
Lorsque je disais, presque tous, je parlais absolument des blogs de mode. Au Cameroun, c’est la deuxième tendance. Il suffit d’un tumblr, d’un compte sur blogpost, de deux ou trois photos dit « fashion » et le tour est joué : on est bloggueuse fashion. La plupart est tenue par des filles. Comme si l’apologie de la mode, ce sont les filles. Elles prennent des poses entre amis, ou pas, postent et ont leur blog. Le blog est tellement egocentrique que vous vous demandez à quoi vous servez vous, la lectrice. Quant au lecteur, il en sera plus que ravi.

Les blogueurs « dithyrambiques » ou griotiques

 

Je ne sais pas si l’exemple a été mauvais. La faute aux pionniers du blogging camerounais ? Mais la plupart des bloggueurs pense, plus ils seront acerbes dans leurs écrits, plus ils seront lus. Ce que vous n’avez pas compris, c’est que vous salissez le nom de votre pays. Pourquoi je m’installerais dans un pays où votre description des faits fait froid dans le dos. Le plus important est d’être objectif, argumenter. Ces éléments font défaut, remplacés par des questionnements que le commun des camerounais possède. C’est une perte de temps et d’énergie. Qu’apportez-vous en plus ? Le blogueur n’est pas un journaliste, oui ! Mais de grâce, posez des questions qui susciteront des débats.

Bloguer, ce n’est pas obligé…

 

 

Tout le monde n’a pas l’aptitude pour bloguer, par pitié. Vous voulez vous exprimer ? La plateforme de Microblogging peut vous aider. En plus, Elle est rapide et instantanée. Vous pouvez choisir de vous spécialiser ou pas. Tout le monde s’enfout, mais vous n’engagez en rien, l’image de tout un pays.

Les blogs dits « Spécialisés »
Ce qui est particulier avec les blogs dits spécialisés. C’est qu’ils sont spécialisés en fonction des buzz sur la plateforme. Des blogs sur le tourisme qui deviennent IT. Tu te demandes à un moment si la ligne éditoriale s’est inscrite dans un cours de danse bafia. Les sujets sont traités à souhait selon l’auteur et non sa ligne éditoriale. Tu as dit tourisme, pourquoi tu nous parle d’un évent IT. Ce métier rend schizophrène. Même les auteurs le deviennent. Au point où tu te demandes, si j’ai besoin d’une info, est-ce qu’elle est la personne assignée pour me la donner. Tout le monde veut faire comme tout le monde. Aucune spécificité, aucune personnalité, les blogueurs camerounais…

Les évangélistes du Web Camerounais
Bref, je suis tellement dépassée que je me demande aux évangélistes du Web, oui, je m’adresse à vous : Arrêtez de remplir la plateforme avec vos conseils, tapez les poings sur la table. C’est votre métier ? Ou bien c’est seulement un nom ?

Allez, Son’a ponda !

Partagez

Commentaires

Aboudramane koné
Répondre

Oh bloguer c'est donner sa part de soi au monde, chacun le gère avec ses goûts et ses convictions. au-delà de tout bloguer c'est accepter la critique , on écrit de soi mais dès l'instant que c'est publier on laisse la latitude aux lecteurs de s'exprimer en toute indépendance. gbès est mieux que dar. Aussi beaucoup cherche tellement à plaire qu'ils finissent par faire du copier-coller. enfin, dire que qui n'a jamais su faire de l'athlétisme ne saura jamais bloguer parce que c'est l'endurance par excellence. On choisit une ligne éditoriale et quand l'inspiration nous fait défaut au trouve facile de parler d'autres choses. Et pourtant une ligne éditoriale (par exemple) la santé peut sans se renier, bifurquer vers tout autre domaine( la politique, la culture, le sport). Merci pour ton billet.

Danielle Ibohn
Répondre

Je vous en prie Aboudramane, c'est gentil :)

Fotso Fonkam
Répondre

Je pense qu'on ne force personne à bloguer. Ce n'est pas obligé, comme tu l'as dit. D'ailleurs, ce n'est pas facile de tenir un blog. Après ça, chacun a un objectif quand il décide d'ouvrir et d'animer un blog. Si l'objectif c'est de critiquer ou bien de parler de la culture, c'est à l'auteur de s'assurer que les contenus suivent sa "ligne éditoriale". Je ne saurais critiquer celui qui a un blog où il parle de culture, de sport, de mode, etc. C'est son choix. S'il n'est pas pertinent, il ne sera pas lu, et par conséquent il ne pourra pas "salir le pays". En outre, on a besoin de diatribes pour que les choses changent. Si des gens veulent visiter le pays ils n'ont qu'à aller lire les blogs sur le tourisme.
Pour terminer, j'avoue que je ne comprends pas très bien l'objet de ce billet. Est-ce d'empêcher que des gens bloguent sur certains thèmes, ou bien est-ce pour nous encourager à dire que tout va bien. Parce qu'à mon avis, c'est la diversité des blogs et des thèmes développés qui, une fois rassemblés, constituent l'unicité du Cameroun.

Danielle Ibohn
Répondre

Le but de ce billet est de créer aux gens l'envie de se démarquer, de ne plus produire les mêmes contenus, de créer une spécialité dans chaque pan du blogging. Aujourd'hui, le blogging est passé dans l'art de "parler". Ce n'est pas ça. C'est de créer des débats, de susciter des envies, de recommander, c'est pour ça que le blog est personnel.

Fotso Fonkam
Répondre

Le blog justement est personnel. On y publie ce qu'on veut. Et comme on veut. On ne saurait critiquer ce qu'un individu publie dans un espace qui lui appartient. Tu peux critiquer les fautes, mais le contenu ou le style, non. Déjà que comme l'ont dit certains en commentaire, il n'y a aucune école de blogging.
Pour moi, un blog c'est un journal intime qu'on fait lire à tout le monde. Il n'y a pas de règles à imposer à qui que ce soit.

Danielle Ibohn
Répondre

Justement, ce n'est pas ce qu'on veut! On doit créer des styles, avoir une différence par rapport aux autres. Il y a des règles au blogging. Ce n'est pas une activité sans règles.

Fotso Fonkam

Dans ce cas, il faudra multiplier des formations et ateliers d'écriture ouvertes à tous pour orienter les blogueur. Mais en même temps, on ne peut pas forcer un blogueur à avoir un style particulier, à écrire sur un thème particulier. Chacun ouvre son blog pour un but précis. Le blog est moins contraignant que le journalisme. C'est là que réside toute la difficulté.
S'il y a des règles au blogging (je ne les connais pas personnellement), je ne vois pas comment on peut les imposer à qui que ce soit. Je persiste à croire que le blog est personnel que qu'on peut le gérer comme on l'entend.

Danielle Ibohn

Alors je comprends ton point de vue... Et j'ai le mien! Bonne continuation Willy ;)

Serge
Répondre

voilà un billet qui tombe à pic...
mais arrête avec l'affaire là de "image du pays", c'est quoi même?
:p
mais comme tu as raison sur TOUT le reste ...

Gaelle Tjat
Répondre

Toi même tu te situes ou??

Danielle Ibohn
Répondre

Hahaha, j'arrête alors lol

Louise Pascale
Répondre

Tu présentes une réalité africaine là. Quand on s'attarde sur la toile, il est vrai que la plupart des blogs africains sont tenus par des femmes et le sujet à la mode est la mode. A croire que les pays de ces soit disant "blogueuse"n'ont pas des problèmes vrais ou des sujets de réelle importance. Ce sont en général des filles de familles aisées, expatriées pour les études ou autres qui ont de quoi faire du shopping. Et les autres, un savant mélange de railleries sur la Nation, de dégradation de tout un peuple... Mais en tant que africaine ayant vécu dans cette Afrique, je comprend cette seconde catégorie qui a du mal à voir le bien sur le continent.
J'ai même une grande préférence pour eux car les pacotilles de Kim Kardashian, de Beyoncé ou de Rihanna avec leurs photo, leurs instagram sont aussi lassantes que les vraies.

Bonne continuation.

Danielle Ibohn
Répondre

Merci Louise :D
(Pacotille Kim, elle est bien bonne hihihi)

Jean Pierre Boep
Répondre

Assez naïf comme article, je t'ai connu dans un registre moins léger et un peu plus construit en arguments. Et ceci m'étonne encore plus parce que tu es toi même blogueuse et par conséquent, devrait savoir que écrire, de manière générale appel au transfert d'émotion et à la liberté. Mo très important LA LIBERTE, celle pour chacun de dire ce qu'il pense comme il le pense par le biais de la plateforme qu'il choisit. Tu as choisit toi même d'extérioriser un ressenti à travers ce billet ce qui est une bonne chose que personne ne viendra critiquer dans la démarche. Mais il faut arrêter avec les amalgames. Je te cite :
"Ce que vous n’avez pas compris, c’est que vous salissez le nom de votre pays" A ce ci j'ai envie de dire que tu es dans l'exagération. Au nom de quoi et de qui pense tu que parce que quelqu'un s'exprime d'une manière acerbe, il salit le nom de pays avec 22 millions d'habitants et plus de 190 groupes ethniques? Je ne comprendrai jamais ce genre d'affirmation qui fausse les bases et fondement du dialogue. Ce n'est donc pour moi qu'une affirmation gratuite et sans grand intérêt dans la dynamique de relever le niveau du blogging camer pas d'ailleurs si haut que ça bien que très riche. Je pense qu'il y'a des questions plus pertinente à poser et des débats plus sensés qui aideraient à faire avancer mieux les choses. A près, si ta voulu partager avec nous une conversation de bars, On prend et on rigole mais le débat est ailleurs.

Danielle Ibohn
Répondre

Merci pour la conversation de bar... :D Mais demandez aux blogueurs de se specialiser, de se professionnaliser n'est pas une discussion de bar.

La problématique des contenus est bien réelle. Les entreprises ne nous considèrent pas parce que nous sommesce fourre-tout qui ne mène nulle part.

Demander une ligne éditoriale, avoir une E-reputation dans un tel domaine demeurent-elles des affirmations gratuites? J'ose espérer que cela soit faux.
Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère, la 4G. La plupart des personnes seront de plus en plus connectées. Et je pense que là, peut-être , vous comprendriez mon desaroi de voir, juste un fourre-tout, une communauté homogène sans personnalité. Merci!

Jean Pierre Boep
Répondre

A cela je te répond que au lieu de critiquer, il faille (je parle ici du collectif des blogueur camer) se mettre au travail. Le développement du blog professionnel au Cameroun à combien d'année derrière lui? quelle expérience réelle? C'est quelque chose encore en construction. Qu'attend tu de la jeune lycéenne qui aime écrire et qui va ouvrir un blog juste pour y dire ce qu'elle veut. Tu veux qu'elle se comporte comme une pro qu'elle ait une ligne éditoriale? qu'elle travaille à son e-réputation? soit sérieuse. Elle ne le pourra pas parce que personne ne le lui jamais appris. et c'est la ou je parle de se mettre au travail en ce qui vous concerne vous qui avez compris comment bien faire les choses. Combien de blog camp avez vous fait? combien de personne cela à touché? quelle initiative sont menées pour éduquer régulièrement? Pas beaucoup.
La démarche ne devrait pas être de critiquez simplement mais elle devrait pouvoir s'inscrire dans une logique d'éducation. Je ne suis pas certains que toi même a tes début, tu savais c'était quoi la e-réputation. Mettez vous au travail c'est simplement ainsi que vous aiderez les autres à s'améliorer.

Didier
Répondre

Qu'est ce que tu as contre les évangélistes, tu ne pouvais pas t'adresser aux pervers du web? Sincèrement j'aurais voulu que ton billet soit plus objectif.

Danielle Ibohn
Répondre

Je suis une bloggueuse, je ne peux qu'avoir des partis pris lol

Maxime ELONG
Répondre

Bonjour Danielle,

J'ai le sentiment que cet article n'est motivé que par de très bonnes intentions, mais il m'évoque plusieurs confusions.

Ce n'est qu'en se rappelant ce que veut dire bloguer, qu'on peut recevoir ton article avec pertinence. Pour moi, le blogging c'est le 1er mouvement générationnel de l'expression publique pour Tous, qui a fait suite un 1er boom de l'internet. Le 2ème mouvement générationnel de cette expression publique pour Tous étant les réseaux sociaux. Le blogging, comme les réseaux sociaux, à des usages, formes et impacts certes différents, ont crée un phénomène de civilisation commun: des plateformes d'expression pour tous les individus de la planète, en dehors de canaux et supports historiques et formels. Le problème quand on ne souvient pas de tout ça, c'est qu'on court le risque d'assigner au blogging, ou aux réseaux sociaux, des usages et missions qui ne sont pas les leurs.

Si les professionnels de médias, les organisations publiques, privées, et les personnalités ont investi les supports tels que le blog ou le réseau social, c'est principalement parce qu'ils y viennent chercher l'audience qui s'est déplacée des supports traditionnels que sont le journal papier, la radio, la télé. Mais le blogging en lui-même, pour la majorité des individus lambda qui l'utilisent, n'a jamais été une affaire de spécialistes, de professionnels. Le blogging n'a jamais été de l'information, mais de l'expression. Un blog, comme un compte facebook ou twitter, est par définition un espace personnel, anarchique, qui, après les règles imposées par celui qui met le support à disposition d'un utilisateur, n'a de règles que celles que ce dernier définit librement. Et donc contrairement à ton point de vue, le mien c'est que le blog n'est pas personnel parce qu'il permet de se spécialiser. Le blog est par définition personnel parce qu'il permet tout simplement d'en faire ce que l'on veut. Et lorsqu'on commence à s'estimer responsable d'opinion ou porteur d'image, lorsqu'on s'impose de respecter une ligne éditoriale, on est libre de passer à des supports plus traditionnels, plus formels, plus encadrés, ou alors de rester sur un format blog. Aujourd'hui de nombreuses marques et institutions ont une page blog sur leur site internet officiel. D'autres en plus éditent un magasine papier. C'est pas pour autant qu'il faille demander à un blogger vivant à Bertoua ou dans le Mississipii de se soumettre à des règles quelconques. Sinon demain vous lui demanderez de publier sur son compte ou sa page facebook personnelle avec la même cohérence que sur la page facebook des Nations Unies.

Je finis par quelques observations, voir des questions.

1- Pourquoi attribuer au blogging la responsabilité de création du contenu digital? Le mouvement du blogging a explosé avant la vague digitale. Les gens tenaient des blogs, mais il n'avaient même pas encore de téléphone portable personnel, encore moins des smartphones.

2- Le blogging dans son fondement est un hobby, pas une activité commerciale. Cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas bloguer à des fins commerciales. Personnellement je trouve ça totalement légitime d'avoir par exemple pour objectif d'arriver à vendre des espaces publicitaires sur son blog. Mais peut-on pour autant remettre en question les contenus d'un écosystème de blogueurs au prétexte que les entreprises ne les considèreraient pas?

3- D'où vient-il au fait en Afrique en général (et le Cameroun n'y échappe pas apparemment) qu'au prétexte qu'un pays fait face à de graves problèmes, alors toute action, individuelle ou collective, de quelques nature que ce soit, doit contribuer à susciter un débat sur les "vrais problèmes", à faire bouger les choses, à promouvoir l'image ou le salut du pays? Le blog n'est qu'un support pour faire des milliards de choses. Que ceux qui l'utilisent pour promouvoir des causes, pour sensibiliser, pour informer, le fassent. Et que ceux qui s'en servent pour raconter ce qu'il mange ou ce qu'il porte ne se sentent pas obligés de faire autre chose. Les lecteurs choisissent. D'ailleurs tout le monde ne tient pas un blog pour avoir des centaines de lecteurs. Comprendre ça c'est se souvenir que le blog a effectivement été, et continue d'être pour une grande partie de ses utilisateurs, une forme numérique et publique du journal intime qui jadis était caché dans un endroit secret de la chambre.

Bonne continuation à Toi dans la tenue de ton blog.

Danielle Ibohn
Répondre

Merci pour ta contribution au débat Maxime. Globalement, je pense que le blog a évolué. Et c'est ce que je pense. Il ne faut pas rester à la traine de ce qui se passe dans le monde. Le blog est devenu le quatrième pouvoir avec les medias. Je voulais réveiller les consciences. Il ne s'agit pas ici, de fustiger un tel contre un tel, mais de dire aujourd'hui blogguer est plus qu'un hobby (pour ceux qu'ils le veulent bien, je n'impose rien), c'est poser les débats dans une société où la communication devient de plus en plus online. C'est bien à l'origine, le blog était un hobby mais ce que je dis moi dans mes blogs pese dans l'espace public camerounais online. C'est la parole d'un citoyen, c'est l'information du peuple que blog soit orienté mode qu'autre chose. Je veux cette diversité de paroles, je veux cette diversité de débats. On est tous cantonné dans cette unicité d'information, je veux des lignes éditoriales diverses.Nous sommes très peu dans ce rôle et c'est presqu'inconcevable compte tenu du nombre de blogs au Cameroun.

Maxime ELONG
Répondre

Mais Danielle...

Tu dis : « Il ne faut pas rester à la traine de ce qui se passe dans le monde » : je ne sais pas quel monde tu observes, mais si tu parcoures seulement 1% des océans de blogs tenus ailleurs dans le monde, alors tu vas peut-être écrire 1000 articles identiques à celui-ci pour dénoncer la non professionnalisation et la non spécialisation dont j’ai toujours du mal à saisir la pertinence, de ton point de vue.

Tu dis : « Je voulais réveiller les consciences » : ça revient à ce que je dis dans mon propos : on ne peut pas s’obstiner à vouloir « conscientiser » toute sorte d’action parce que le contexte le justifierait. C’est comme dans tous les autres domaines : il y a de la musique engagée, et de la musique non engagée, il y a du cinéma engagé et du cinéma non engagé, de la littérature engagée et de la littérature non engagée…etc. Idem pour les blogs.

Tu dis : « aujourd'hui blogguer est plus qu'un hobby (pour ceux qu'ils le veulent bien, je n'impose rien), c'est poser les débats dans une société où la communication devient de plus en plus online » : Là aussi je réutilise des éléments exposés précédemment en disant que l’utilisation que l’on choisit de faire d’un outil ne doit pas nous donner à penser que c’est la juste utilisation à faire parce que c’est celle là que nous avons choisi. Je pense d’ailleurs que c’est parce que tu prends cette position que tu affirmes ensuite «...le blog était un hobby mais ce que je dis moi dans mes blogs pese dans l'espace public camerounais online ». Mais comme je t’ai pris l’exemple de gens qui ne le font pas forcément pour avoir des centaines de lecteurs, il faut aussi que tu réalises que la majorité des utilisations qui en sont faites ne visent pas à « peser » dans un espace ou dans un écosystème en particulier.

Tu dis : « On est tous cantonné dans cette unicité d'information, je veux des lignes éditoriales diverses » Là aussi j’attire à nouveau ton attention, d’une part, sur la distinction entre information et expression. Le blog d’hier comme d’aujourd’hui est d’abord de l’expression. Quand les gens veulent de l’information ils ne vont pas lire les blogs. Attention ! D’autres part il faut absolument que tu réalises que la notion de « ligne éditoriale » est indissociable d’une démarche professionnelle. Et dès le moment où le blog n’est pas une activité professionnelle, c’est une exigence qui ne saurait être requise des bloggeurs. Par exemple te concernant, s'il t’était demandé quelle est la ligne éditoriale de ton blog, tu verras toi-même la difficulté que tu auras à la définir avec spécialisation, et ça te prouvera la réalité générale de ce qu’est le blogging, même aujourd’hui.

Tu dis : « Nous sommes très peu dans ce rôle et c'est presqu'inconcevable compte tenu du nombre de blogs au Cameroun ». Je trouve vraiment une telle posture gênante. C’est un peu vouloir réduire le rôle des blogs à une conception « bien pensante » définie par on ne sait qui. Comme je l’ai aussi dit plus haut, de grâce, n’essayez pas d’attribuer au blog un rôle et des responsabilités qui ne sont pas les siennes.

Et puis, une dernière remarque que m’inspire un commentaire où tu dis que le blog a des règles. Ça me rappelle un point de vue que je n’avais pas exprimé précédemment sur le dénombrement des bloggeurs camerounais. C’est important de dire aux gens que, aussi vrai que la terre serait ronde, le blog n’a pas de règles et un bloggeur, c’est quelqu’un qui tient un blog. Ce n’est vraiment pas plus compliqué que ça. On ne peut pas enfermer ça dans une énième forme de « corporatisme » qui voudrait que l’on ne soit considéré comme bloggeur que dès le moment où l’on appartiendrait à une association quelconque de bloggeurs. C’est comme le fait d’être avocat ou médecin si je peux me permettre l’analogie. On est d’abord médécin, que l’on appartienne ou pas à l’ordre national des médecins. Sauf que pour être médecin,là effectivement il y a des règles, ce qui n’est pas le cas pour être bloggeur. Et j’espère vraiment que ce ne sera jamais le cas, sinon, à mon sens, le blog perdra toute son utilité réelle : offrir l’expression publique pour Tous sans formalisme particulier.

Danielle Ibohn
Répondre

Vous faites un amalgame. Je ne demande aux blogueurs: venez engagez-vous! Je demande: venez et soyez plus structurés. Ayez une ligne éditoriale qui transcrit dans votre écriture, même si vous parlez de tout, créer des débats ou pas, mais de grâce qu'on sache vers quoi vous allez. Le blog, lorsqu'on le crée, a un but. Souvenez-vous à chaque fois que vous allez écrire s'il soit structuré. Parce qu'après on se perd, personne ne sait où vous voulez en venir.
Ceci est mon propos. Je ne parle en aucun cas de formalisme.

Fotso Fonkam

D'après toi, Danielle, il faudra carrément ouvrir des écoles de blogging. Pourtant, je suis d'avis avec Maxime Elong: on blogue avant tout pour s'exprimer. Cela signifie que la forme du texte, sa longueur, sa structure etc, peuvent être dictés par ce qu'on ressent au moment où on écrit.

Si on t'écoutait, on interdirait le blogging à certaines tranches d'âge ou à un certain niveau scolaire par exemple. Je le dis encore, le blog, c'est comme un journal intime qu'on laisse tout le monde lire. On ne saurait imposer à quelqu'un ce qu'il doit écrire ou bien comment il doit écrire dans son journal intime.

En même temps, ce ne serait pas une mauvaise chose de multiplier des formations pour les blogueurs en herbe, pour que ces derniers essaient de s'améliorer (ou de se professionnaliser, qui sait).

René Jackson Nkowa
Répondre

Hum!

toulouse
Répondre

Je pense qu'effectivement le problème se pose, mais c'est évident que ce secteur manque de professionnalisme,alors laissons au temps le temps de faire son temps.....

Danielle Ibohn
Répondre

Laissons le temps...

Nasser
Répondre

Moi, je blogue depuis 2010 et cette activité je l'ai découvert tout seul! Au début, je savais même pas quoi en faire, sauf que j'avais en tête de créer un site web pour parler de mon hobby, la biologie!

Au début, ça pas été facile mais aujourd'hui, ça va! Savez-vous que c'est le blogging qui m'as fait découvrir la bio-informatique? Aujourd'hui, j'étudie cette filière à l'université et je tiens un blog sur la bio-informatique, je l'ai nommé Nasserzone! Sur ce blog, je parle des biosciences, de l'analyse des données et de programmation, bref, la bio-informatique au sens pur du terme!

Mon blog est spécialisé, j'ai 76,9% de visiteurs uniques et peu de commentaires! C'est ça qui m'énerve, y'a peu de commentaires sur mon blog et je le comprend, puisque la durée moyenne des sessions est 2 min et 11 sec!

THE HOTJEM Fashion & Lifestyle Blog
Répondre

Excusez mon français ... il ne est pas trop bon . Danielle vous avez un article intéressant .

Blogging devrait être une passion et si vous avez une passion pour elle vous plaisir à le faire . Peu importe ce que quelqu'un dit je aime les blogs et mon blog ( Le Hotjem ) se concentre sur mon sens du style / mode et des événements en général .

Tant que je sais que beaucoup de gens qui suivent mon blog apprécierez ce que je blogue sur , personnellement, je ne aime pas ce que quelqu'un d'autre à dire à ce sujet ou à propos de mon style de blogs que je aime blogging ( mon chemin ) et mon blog définit mon style . Je suis fier d'être camerounais et je me assure le monde sait que dans mes blogs

Blaise
Répondre

Il faut bien faire la différence entre blogueur professionnel; blogueur amateur et blogueur à temps perdu.
Tout aussi dépend des objectifs. celui qui blogue pour perdre du temps où pour montrer ses photos a fait un choix.
Beaucoup crée un blog en deux jours juste pour ressembler à un ami où pour passer un message. Après une motivation de deux mois ils disparaissent.
D'autres aussi arrivent dans le blog par ce qu'ils ont compris que ça donne de l'argent mais après 06 mois avec moins de 20 visiteurs par jour ils se découragent et abandonnent.
Dans tous les cas ton article est assez péjoratif par ce que tu n'as trouvé aucun blog camerounais qu'il respecte les normes d'un blog professionnel Donc tous les blogueurs camerounais sont donc soit amateur soit aventurier.

Je me demande donc si tu es de mauvaise foi où tout simplement pas sincère dans tes dires. A aucun moment tu as apprécié le travail d'un blogueur. Et je pense que c'est ça la vraie manie des camerounais toujours voir ce qui ne va pas; ce qui est mauvais. On apprend en se trompant et je parie que ceux qui arrivent dans le blog maintenant en évoluant pourront mieux comprendre.

NchanjiNjamnsi
Répondre

Pertinent observations. With time, those who started for the wrong reason will tire and give up. Those who then remain will make for a better blogosphere.

Celine
Répondre

Bonjour Danielle je suis entièrement d 'accord avec Maxime , un coup tu dis susciter les débats et être pertinent , un coup tu dis qu'il faut juste structurer et définir une ligne éditoriale. Le blogging est un journal intime public on y dépose ses envies et ses rêves, on partage avec sa communauté de lecteurs sa vision et ses passions. Par exemple une jeune fille - mère qui raconterait ses conditions de vie difficiles, une femme sa nvelle expérience de maman, tout comme un homme son parcours pour teouver l'amour . Si les pbs du Cameroun vous passionnent go Ahead! chacun est libre de s'exprimer et au lecteur de faire son choix. Il fait de tout pour faire un monde Et c' Est avec de l expérience qu'on affine sa plume. Toute fois la tienne est pas mal ma jolie courage.

Danielle Ibohn
Répondre

Merci Céline ;)

Sergeobee
Répondre

Hello Danielle,

[Prends ce commentaire de façon simple, mettant l'émotion de côté. Enfin, si tu peux. ok? ;) ]

En toute sincérité, j'ai l'impression d'avoir lu le transcript d'une conversation dans une radio, quelqu'un a même parlé de conversation de bar. Rien de développé, pas d'arguments pro/contre, comme une sorte de brouillon dont on n'a pas eu le temps de transformer en billet à peu près correct. Le pire, c'est que ça demande d'être pro dans son blogguing (arroseur arrosé!).

Deuxio, les arguments présentés par Will et bien d'autres, tiennent: blogguer, c'est personnel et engagé. Je te passe les commentaires sur le fait de salir son pays ou autres choses similaires. L'argument est ... comment dire? Scolaire? Cour de récréation, pour être gentil. Si on n'est pas capable de dénoncer par peur de "salir son pays" ou éventuellement d'apprécier par peur a contrario d'être taxé de "biyayiste" par exemple, je me demande l'intérêt de dire son opinion. Le blogguing permet justement de sortir des contraintes journalistiques pour s'exprimer, toutefois dans le respect de la loi. Ce qui n'est pas le cas d'un journaliste qui selon moi, est plus neutre que critique, même si on sait que ça n'existe pas (par ex. c'est le cas des journaux dit "engagés").

Tertio, e-réputation, professionnalisation extrême, etc. tout ça, viennent après. A la base, il faut déjà s'exprimer, oser dire quelque chose. Avec le temps, on se reajuste, on rectifie les choses et avec beaucoup de discipline, on arrive à être une voix, non pas dans le but d'être une star, mais d'être un référent sur certaines questions.

Est-ce à dire que le blogguing est satisfaisant au Cameroun?
Non, je ne le pense pas; je pense même que plusieurs n'ont pas à s'y mettre. Et que nous avons à apprendre encore. Pas forcément en suivant mille et une formations. Mais surtout en s'investissant personnellement dans sa quête de partager quelque chose, d'apporter un plus, de retirer un moins, de contribuer en somme dans sa société. Quand on est passionné par ses sujets et son envie de bouger les choses, on n'a pas le temps de chercher gloire, on propose du contenu de qualité et on n'est pas forcément en panne d'inspiration; ce qui ne veut pas dire qu'on écrit tout le temps.

Bref, y aurait des quatro et d'autres, mais bon, je m'arrête là.

06/20.
Copie à revoir.
;)

PS. Et oui, tu as le droit de ne pas être d'accord et de taper sur mes articles.

Danielle Ibohn
Répondre

Lol. J'ai toujours pensé que le fait de critiquer , fait avancer le débat.

Le réveil des consciences est passé par là dans le siècle des lumières. La révolution numérique a commencé à cette époque où il fallait faire les choses de manière plus structurée. J'aime ma passion, je la défend. N'en vous en déplaise. Le milieu du blogging doit être structuré. Les passions doivent s'affiner dans les personnalités. Je ne demande pas aux blogueurs de changer leur façon d'écrire non. Je demande de voir plus loin, d'impacter leur société sans vouloir seulement attirer l'attention sur leur nombril.

Que le contenu soit intéressant, que le contenu montre les bons et mauvais moments . Mais pas une critique acerbe de son pays, qui fera croître le trafic. Oui, la provocation ça marche. Et la plupart des blogueurs le prenne comme raccourci. Il faut des blogs spécialisés , je le réitère. Il faut que lorsqu'on voit le blogging , ce n'est pas qu'un fourre-tout sans aucun sens. Il faut une ligne editoriale. Il faut des règles.

Au début, c'est clair qu'il est un fourre-tout. J'ai commencé par là. Mais au bout d'un an de pratique, de cours en ligne, de rencontres , les blogueurs s'endorment sur la facilité et restent sur leurs couloirs. Parfois vont dans d'autres couloirs pour attirer l'attention sur eux. Il faut que l'attention soit centrée sur eux. Il faut que le monde ne voit qu'eux. C'est le danger des réseaux sociaux. Elles créent un défaut narcissique. On y tombe tous.

Il faut que quelque soit le débat. Il faut y être. J'ai mis 1 an à trouver ma voie. ça prendra plus le temps chez les autres. Mais si moi, je contente de nourrir ma pensée et d'évoluer seule. Est-ce que j'aime cette passion? Cette dernière est critiquée parce qu'elle ne présente aucune structure.

Alors contentez-vous d'un fourre-tout! Évoluer dans cet imbroglio. Mais ne vous défendez pas si l'Etat ne vous considère pas. Car nous-même, nous ne savons pas où nous allon.

Merci pour la note hihihi... ça va aller , j’évolue un peu même. Certains m'ont donné demi hihihi

Sergeobee
Répondre

Parle t-on de la même chose?

J'ai l'impression que tu voudrais légitimiser le blogging en lui conférant des attributs et des codes qui ne lui appartiennent pas, notamment ceux empruntés au journalisme (ligne éditoriale, spécialisé, structuration, règles, etc.).

Ce que tu n'as pas saisi, en mon sens, c'est que c'est justement ce fourre-tout qui fait le blog. Cela n'empêche de la discipline, de la rigueur, ne serait-ce orthographique, etc. Mais, à la base, bloguer, c'est être libre, échapper à des conventions, des corporatismes; en somme, blogguer est personnel.

Ne pas confondre gérer un produit, qui peut être un blog et blogguer. En gérant ton blog, tu peux y mettre un certain professionnalisme, en faire un métier, voire gagner de l'argent, etc. Mais bloguer, dans son sens propre, consiste tout simplement à partager sa pensée, à sa façon.

Cela aura donc pour conséquence d'insulter certains (ce qui n'est pas bien), être nombriliste, faire le buzz; mais aussi éduquer, informer, analyser, poser des débats, apprécier, dénoncer, solutionner, etc.