Bienvenue chez les Fecafous!

En l’an 2019, plus précisément en janvier, le Cameroun accueillera la 31ème édition de la coupe des nations.C’est la plus grande fête de football. Elle est attendue sur le continent. Nos Stars rentrent. Nos  footballeurs immigrés reviennent au pays. Adulés, les voir jouer au football reste un délice. Cependant subsiste la rivalité ambiante locaux-Pro. Et l’on dit parfois : plus votre équipe est constituée « d’expatriés », plus vous avez des chances de gagner. Chose que je démens bien évidemment suite à la débâcle des chats domptés lors de la dernière coupe du monde. Quoi? C’est vrai? Lol

@CamFoot.com

@CamFoot.com

Ah ! Les chats domptés ! En 2019, on ira les applaudir dans le nouveau stade de Limbé, dans les stades « retapés » de Yaoundé et de Douala. Et peut-être dans les échafauds de ce qui devrait être construit ? Noooooooon ! Je ne suis pas pessimiste. Je suis juste un tout petit peu réaliste. Bon, un peu trop. Quoique, lorsque vous remarquez ce qui se passe ces derniers jours dans notre pays, tout laisse croire à un fiasco.

La fédération Camerounaise de football (FECAFOU)

Je suis une fan de foot… et c’est à cœur ouvert que je m’inquiète. Nous avons un précédent en matière de jurisprudence. Alors Ferons-nous comme le Maroc ? Pourquoi j’en parle ? Cette année, c’est l’année de l’élection du nouveau président de la Fecafoot. Pardonnez la tautologie. Vous savez celui qui gère le football camerounais, les primes, le sponsoring, les prises en charge et le nombre inqualifiable de membres dans la délégation des lions lors d’une compétition internationale.  Quoi ? c’est vrai ?!!! Il n’a aucun compte à rendre au gouvernement, encore moins au ministre des sports C’est un état souverain.

Alors comme dans la plupart des processus électoraux en Afrique, ce sera une lutte sans merci. Bien qu’on connaisse déjà le vainqueur. Quoi ? C’est vrai ! C’est le système en place.

Le Cameroun souffre de ses dirigeants

Depuis plus de quinze années, les présidents de la fédération de football finissent leurs séjours  en prison. Ils sont accusés de détournements, de corruption. Je vous laisse imaginer la manne de ce poste. Alors ces dernières semaines étaient cruciales pour le prochain « Homme-fort ». L’on devrait avoir un aperçu de l’équipe qui nous guidera vers le « sacre » d’une organisation « réussie » de la CAN 2019. Oui, les guillemets ont leurs places, lol ! Malheureusement, on a assisté au vandalisme dès les élections des délégués. Oup’s, je vais trop vite. Je vous explique.

Pour déposer sa candidature en tant que président de la FECAFOU faudrait avoir un dossier complet examiné par une commission. Entres autres multiples éléments, les candidats devraient être parrainés par des délégués de chaque ligue. En d’autres termes, le président de la Fécafous est élu par les membres de l’assemblée générale. Cette assemblée est constituée en majorité de délégués. Le Cameroun a 10 provinces, cependant la plupart ne possède pas d’équipes dans les divers championnats. Voilà pourquoi Douala et Yaoundé sont des lieux stratégiques. Ils sont cruciaux dans la présentation des candidatures et lors des votes. Article 10 alinéa 2 du Code électoral :

2. Le dossier de candidature des candidats aux postes de président et de membres du Comité Exécutif comprend :

a) une déclaration de candidature sur le modèle fourni par la FECAFOOT ;

b) un bulletin n° 3 de l’extrait du casier judiciaire datant de moins de trois

(03) mois de chacun des membres de la liste ;

c) une copie légalisée de la carte nationale d’identité de chacun des membres de la liste ;

d) un reçu attestant du versement de la caution ;

e) pour les candidats non délégués à l’Assemblée Générale, les lettres des parrainages requis sur le modèle fourni par la FECAFOOT, portant les signatures légalisées de leurs émetteurs.

Alors on peut comprendre qu’ils aient vandalisés un hôtel. Si, si, si, c’est bien normal. Bon, je vous réexplique. A l’issue d’un exploit spécial, les sponsors offrent  une prime spéciale à reverser aux lions. Ces primes sont inconnues aux poches des lions et à l’oreille du grand public. Tenez par exemple, c’est ces jours-ci  apprend ce fait.

A l’issue de la réunion tenue hier, le Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a pris comme résolution de donner une prime « spéciale » de 25 millions de Lions indomptables. Une façon de célébrer la qualification de l’équipe nationale pour la CAN 2015, après avoir été absente durant deux éditions successives. « Dans le cadre de la convention avec Puma, il y a une prime versée par le sponsor pour ce genre d’exploit. Nous avons décidé d’attribuer aux Lions indomptables, une quote-part de cette prime » – Cameroon Tribune du 20 Novembre 2014.

Vous imaginez l’engouement, l’attraction, la force, et surtout l’envie de devenir le Big boss. Alors revenons aux faits. Chaque candidature devait avoir la caution d’au moins huit délégués, sur les 92 que comptent le corps électoral de la Fécafoot. Normal, c’est faisable. Ils sont six candidats :

–          Tombi à Roko Sidiki, actuel secrétaire général de la Fecafoot

–          Joseph Antoine Bell, ancien gardien des Lions indomptables ;

–          Jules Frédéric Nyongha, ancien coach de la sélection nationale de football ;

–          Robert Penne, ancien vice-président de la Fecafoot ;

–          Robert Atah, directeur technique national adjoint n°3 ;

–          et l’unique femme en course : Mme Mebande Brigitte épse Abdoulbagui, ancienne présidente d’Union D’abong Mbang, un club de division régionale à l’Est du Cameroun

Apparemment non ! Ce ne fut pas possible !  J’aime mon pays hihihihi ! Allez refaisons un tour à Douala, lieu stratégique pour récolter plus de délégués. Mardi 11 Novembre 2014, première tentative d’élection des délégués  dans un hôtel de la place. Bilan : un hôtel vandalisé, bagarres, des blessés, hôpital. Mercredi 12 Novembre, deuxième tentative : police, séquestration, une route barrée, brigade anti-émeute, force de police. L’enjeu ? Mettre le maximum de délégués à sa botte.

La rue durant l’élection des délégués Crédit photo: @Danielle Ibohn

La rue durant l’élection des délégués Crédit photo: @Danielle Ibohn

Bilan des candidatures prises : une seule… Devinez qui ? Celle de l’actuel sécrétaire général de la Fécafou, comme par hasard.

Allez,

Son’a ponda *en voulant jurer, crier mais les mots ne sortant pas tellement je suis dépassée*

 

 

The following two tabs change content below.
Danielle Ibohn
Je suis hypothétiquement barrée... Je dis bien hypothétiquement. Community Manager en herbe, se prenant rarement au sérieux.