Catégorie : TIC

L’envers du décor de la Douala Startup Weekend!

(Crédit photo Danielle Ibohn)

Comment s’est passé la Douala Startup Weekend?

Une chose est sure. Je suis exténuée. Ce fut 54heures d’adrénaline, de peurs, de rebondissements, de joies. Un sacré cocktail, un concentré d’émotions qui m’a déboussolé pendant 24heures. Vais-je vous raconter les moments forts? Je vais vous en rappeler quand même.  Nous avons eu des différents témoignages des mentors, des coachs. Nous avons eu l’enseignement, un partage de connaissances et d’expériences. Ce fut un laboratoire d’open source sans précédent.

100 candidats se sont présentés à la Douala Startup avec pour ambition de changer une vie. Créer une idée, la transformer en entreprise. Voici la Star:

Le table de bord des participants (Crédit photo Danielle Ibohn)

Le table de bord des participants (Crédit photo Danielle Ibohn)

Comment créer sa startup, son idée, sa faisabilité, son business modèle, les circuits de commercialisation. Le tableau répondait à ces questions par des post-it. Les yeux rivés vers cette dernière, rien y fait les candidats se battent.

Hussein d'activspaces, Benn Ngnet organisateur de la SWDouala, Patrick Tchientche, Guillaume Soto

Hussein d’activspaces, Benn Ngnet organisateur de la SWDouala, Patrick Tchientche, Guillaume Soto

Faut dire que les idées sont bien pensées:

  • Une application pour trouver votre appartement à vos coûts
  • Manager votre événement avec une application. C’est possible avec eux
  • Assistance aux universitaires (Partage des épreuves, des cours et d’informations universitaires)
  • Une agence conseil pour étudiants
  • Transformer vos devises en produits de services
  • Vous avez perdu vos documents? ces coursiers se proposent de vous les ramener. Lorsqu’on les retrouve.
  • Place à Obookbiz, notre premier candidat. Il défend le projet d’un CENTRE COMMERCIAL VIRTUEL
  • CHIP’s line veut conquérir le monde avec les chip’s de plantain

Pour une fois, les laptops étaient aux vestiaires.

(Crédit phoho Danielle ibohn)

(Crédit phoho Danielle ibohn)

Les mentors sont par dessus leurs épaules, conseillent, rectifient. Le don de soi était le maitre mot. Jusqu’à pas d’heure, on bosse dur.  Les incubateurs sont très présents et font vivre leur expérience en matière de création d’entreprise. Plus qu’un concours , cet événement fut un séminaire, un lieu de réseautage.

(Crédit photo Danielle Ibohn)

(Crédit photo Danielle Ibohn)

Au bout du troisième jour, les visages sont fermés de fatigue, de joie, de stress. On n’arrive à expliquer. Mais on est las. Bien las et un peu triste qu’il se termine.
Les présentations des projets se font sous l’œil aguerris du jury:

Le jury (Crédit photo Danielle Ibohn)

Le jury (Crédit photo Danielle Ibohn)

 

Se succèdent sur le podium les différents finalistes:

Le podium de la SWDouala (credit photo Danielle ibohn)

Le podium de la SWDouala (credit photo Danielle ibohn)

Le mot du Vice-Consule des États -Unis (avant le début des présentations des projets.) était un discours de l’Ambassadeur des États-Unis. La quintessence se résumait en cinq points:

  • Sa fierté d’être convié,
  • Ses excuses de ne pas être là,
  • L’importance de ce genre d’événement (les idées étant à l’origine de grandes entreprises)
  • Sa fierté de voir un tel engouement pour cet événement
  • Son espoir pour le cameroun
Le Vice-consul des USA (Crédit photo Danielle Ibohn)

Le Vice-consul des USA (Crédit photo Danielle Ibohn)

 

Après une heure de présentations, près de 45 minutes de délibérations.

Nous avons nos vainqueurs:

  • En première position: CHIP’s line veut conquérir le monde avec les chip’s de plantain
Crédit photo Danielle ibohn

Crédit photo Danielle ibohn

  •  En deuxième position: Place à Obookbiz, notre premier candidat. Il défend le projet d’un CENTRE COMMERCIAL
Crédit photo Danielle Ibohn

Crédit photo Danielle Ibohn

  • En troisième position :Manager votre événement avec une application. C’est possible avec eux
Equipe 10 , 3eme prix de la Douala Startup Weekend  avec Hervé Djia au milieu (Crédit photo Danielle Ibohn)

Équipe 10 , 3eme prix de la Douala Startup Weekend avec Hervé Djia au milieu (Crédit photo Danielle Ibohn)

 

 

Ainsi, je ferme un chapitre plein d’entrains. Un chapitre de … Bref! Magnifique moment! J’ai plus des mots là!

Vous ne lisez pas mon bonheur?

Vous aussi?

Allez Son’a ponda!

 



Douala accueille la Startup Weekend

Script du Spot Radio (Crédit photo Danielle ibohn)

Script du spot Radio (Crédit photo Danielle ibohn)

Ce billet n’est pas objectif. Je vous préviens. Je suis l’une des Community Manager du Douala Startup Weekend. Vais-je écrire pour vanter cet événement? Non ! Vous incitez à y aller? Oui ! Quoi? Je suis  la reine des jeux de mots. Oh! HIHIHI. J’ai l’impression que nous sommes prêts à passer à la vitesse supérieure. Nous passerons à une autonomie sans précédant face à l’État, ses subventions, ses concours.

(suite…)



1m50! 1m50quette! Dakar est venu à nous?

Gaming revolution (Credit photo Hamza Aziz)

Gaming revolution (Credit photo: Hamza Aziz)

Ce billet, techniquement je l’ai écrit dans ma tête. Il commence par mon départ jusqu’à mon arrivée. Sans interruption, j’y ai pensé mots pour mots.

Depuis plusieurs jours déjà, je redoutais son arrivée: le moment de partir. La plupart du temps, je fais l’autruche.  Seulement ma dernière soirée à Dakar fut pénible. Une aventure de dingue qui s’est finie en blues. Comme si les heures avaient un contentieux avec moi. Elles allaient plus vite que d’habitude. Et le jour de départ est si vite arrivé. Il est 3 heures du matin, une Sinatou débarque dans ma chambre. Il est l’heure de partir. J’ai encore la soirée d’hier dans les yeux. Elle me presse. J’enfile, je ne sais pas quoi.

Dans le hall de l’aéroport, nous sommes muettes. J’aime pas les aurevoirs. Elle sait que je pars. Bref! On ne se parle pas. Bizarrement, ce qui nous réunit c’est  le wifi.

Ah! Le wifi! Ce pays où les wifi est ouvert partout. Ce pays où tu ouvres une page, elle se charge à la tierce. C’est vrai , j’exagère. Elle s’ouvre au bout de 15 tierces.

J’étais dans l’avion pour Douala. Et tout me revenait comme un boomerang. Il est 7h 30 et nous survolons Dakar. Son architecture sévère, ses routes sableuses, son climat bizarre (passant du chaud au froid) me plongent dans une léthargie bien habituelle. L’hôtesse de l’air me demande :

– Jus de pomme ou eau? (sous un ton presque menaçant).

Bizarrement, ça m’amuse. Elle me fait penser à Raphaëlle.

Ah! Mon aventure dakaroise!  Je la définit en deux mots: émotions wifi, émotions, wifi. Quoi? C’est vrai oh!

Au programme, il y a eu des formations intéressantes. Mais ce qui m’a rendu ouiiiiiiiiiiiii, ce sont les visites à JOKKOLABS et CTIC. Ce sont des incubateurs. Ces espèces de fondations qui permettent aux projets de devenir des entreprises. Elles vous fournissent un bureau, une connexion internet, un cadre de travail moyennant des pourcentages. Ces pourcentages sont liés pour certains à votre futur chiffre d’affaires, pour d’autres c’est une somme symbolique en termes de location.

Lorsque j’ai entendu ça, j’ai sursauté de peur. Parce qu’au Cameroun, ce genre de choses s’appelle de l’arnaque. C’est pas possible chez nous. Et pourtant…

Samedi dernier, mon statut de blogueuse m’a fait participé à un de ses barcamps: Le GDG Barcamp organisé à Douala. J’y ai fait une présentation. Mais ceci n’était pas le plus important. Le plus important, ce fut Activ space et la Startup weekend de Douala. Important pourquoi? Parce que ce sont des incubateurs.

Je n’y ai pas d’abord prêté attention, préoccupée par une discussion lancée par un ingénieur fou (Brice), un chef publiciste voodoo (Mathias) , un community manager barge (CK Klein), sur la particularité des mondoblogueuses. Entre autres, elles aiment les wifi,  introverties, toujours derrière leurs smartphones. Elles vous écoutent à demi-mot… Une partie du cerveau à produire un article tout le temps.  Gaelle tjat et moi nous défendons par des grimaces. Ils n’ont pas tort les garçons.

Gaëlle et moi (Crédit photo Danielle Ibohn)

Gaëlle et moi (Crédit photo: Danielle Ibohn)

Cependant, à demi-mot, une phrase nous enlève de la discussion.

Activ Space, est une fondation qui vous permet de créer votre entreprise gratuitement.

Ah! Brice (ingénieur fou) devient aware. Comment? Il pose une série de questions qui attire mon attention. La sélection des projets passant par la procédure d’intégration des projets en entreprises, tout est une question d’idées. En effet selon la rentabilité de votre projet, vous êtes capables de créer une entreprise de rien. Juste avec une idée. L’espace de travail vous est offert, les moyens aussi. A votre arrivée, vous signez un contrat protégeant votre idée et statuant sur le mode de règlement. Ainsi en six mois d’existence, la fondation prélève 5% de votre chiffre d’affaires produit pendant ce laps de temps. Si après six mois, vous ne voulez plus de l’aide de la fondation? Vous êtes libre de partir. Le principe m’a plu.

Activ Spaces en conférence (Crédit photo Danielle ibohn)

Activ Spaces en conférence (Crédit photo: Danielle Ibohn)

Puis la Douala Startup weekend est venue faire son show:

(Crédit photo Douala startup Weekend)

(Crédit photo: Douala startup Weekend)

– 54 heures où des développeurs, des commerciaux, des financiers se rencontrent pour partager leurs idées, créer des équipes, concevoir des produits et lancer des startups.

– un rendez vous entre  étudiants et  professionnels intéressés voire passionnés par le monde de l’entrepreneuriat

– un événement qui consiste à faire émerger des projets.

1m50, 1m50quette la révolution est en marche. La bande passante est certes un désastre. Mais le monde geek au Cameroun bouge. Le barcamp comme celui de GDG nous rends moins con. Les incubateurs sont de plus en plus présents. Je suis fière de penser que le retard ne sera qu’un triste souvenir.

Allez son’a ponda!!!!

 



Mes 1m50!

9ideas

9ideas

Ce billet, j’ai menacé le faire. Pas menacé, menacé, mais menacé la communauté 2.0 camerounaise. C’est vrai oh! Il y a deux semaines que j’ai fait véritablement leur rencontre. L’ambiance était bonne et j’ai menacé les afficher sur mon blog. Pas parce qu’ils ont fait quelque chose de mal, mais je me reconnais tellement en eux. Ce fut autour d’un séminaire de formation que je suis allée à leur rencontre . J’étais un peu intimidée au départ. Mais en fait , il le fallait. Le coveritlive.com, vous connaissez? Quoi? Vous aussi! C’est cette espèce de twittlive, pas seulement mais aussi facebook live sur un événement… Vous ne connaissez pas? C’est cette espèce de truc machin chose de plateforme qui vous permet de recouper toutes les informations, et commentaires dits sur votre événement sur les réseaux sociaux. C’est l’heure de l’hyperconnexion. Quoi? La 2e édition de la série de formation 24OJT à l’intention des journalistes/bloggers, m’a fait vraiment du bien. Je parle comme une geek. D’un, parce que j’ai appris un truc nouveau et deux parce que j’ai appris un truc nouveau. Quoi? c’est l’essentiel. Hihihihi.

Plus sérieusement, j’ai touché du doigt mon milieu. J’ai vu que les peines et les douleurs étaient les mêmes. J’ai reconnu en eux, mon parcours. Difficile, parfois frustrant, incompris, voulant changer les choses, apprendre, innover dans un environnement camerounais? Je ne vais pas faire ma troll. Mais au Cameroun, c’est pas évident du tout. J’aurais aimé vous dire, qu’on s’en sort. Mais c’est la passion qui nous fait avancer. les pionniers de la profession cumulent des postes rien à voir avec les 2.0 peinent à trouver des fonds pour les initiation aux TIC. La connaissance, c’est le pouvoir. Alors ils se battent mes 1m50.

Séminaire de formation (les blogueurs présents)

Séminaire de formation (les blogueurs présents) Crédit photo lapointetechnologie.info

Hihihihi.Je sais comme un cheveu dans la soupe, elle apparait cette expression. Vous explique. A cette formation, la plupart des femmes n’atteignent pas plus de 1m51. C’est vrai quoi? Les femmes intelligentes sont courtes. Je le revendique. J’ai choisis cette expression parce qu’elle montre mieux ce que nous sommes. Pas au dessus, de la moyenne, n’appartenant pas à la normalité, différent, anormal, rêveur, penseur. Tels des napoléens, on va conquérir le monde. Combien sont des personnes dans ce monde qui bossent pour leur passion, sacrifient, vivent de leurs passions,bon pas encore financièrement! J’en ai rencontré à cette formation. On y croit tellement à nos 2.0. Qu’elle changera nos vies.

Voila pourquoi j’ai attendu le 9ideas. 9ideas conference : Des idées pour « inventer le futur ». 9 porteurs de projets partageront leurs passions et leurs idées d’avenir avec 200 personnes venant de diverses classes socio-économiques : décideurs, entrepreneurs, cadres, journalistes, relais d’opinion, chercheurs, étudiants… Et les projets qui leur seront présentés, tentent tous « d’inventer le futur» en surpassant les problèmes de notre temps : changement climatique, crise économique, crise financière, fossé numérique, globalisation. ça fait 4 ans que ça dure.

9ideas en conference

9ideas en conférence (Crédit photo Danielle Ibohn)

C’est un gros tweetup comme le disent mes compères. Mais en même temps, on parle, discute, échange sur les tendances, les innovations 2.0. Elle a eu lieu samedi dernier. Et comme d’hab, j’ai pas réussi à arriver à l’heure. « Je t’unfollow si tu ne viens pas, t’es où? » « Where are you? » Mon téléphone dring, dring. Perchée sur mes  talons à 15cm, je fais des pieds et des mains pour terminer ce que j’ai à faire. Il est 14h et je débarque. Francis Pisani vient de terminer son propos. M***
Cela n’empêche que je tombe sur un débat plutôt intéressant de l’utilisation de la presse électronique au cameroun. Des sites camerounais existent, près de 800 000 personnes se connectent. 14 000 personnes se connectent via notre site par jour, maugrée l’interlocuteur en place. Cependant, je ne m’empêche de penser qu’elle est encore précaire, pas assez entrer dans la culture. En plus, combien de personnes achètent un quotidien à 400FCFA ou 500FCFA . Le prix d’une bière? Le papier vs numérique vs bière. Chez nous, c’est comme ça oh!

C’est la pause, dommage! Alors on se regroupe, échange des regards, des pseudos twitter, rient, mettent à la place d’une photo, d’un compte, des tweets un visage. C’est bon enfant. En plus le co-maître de cérémonie, Edouard Tamba (@ETAMBA) est habillé en boubou. Très vite, il est baptisé le pasteur. HAHAHA. Alors on se restaure et reprise.

De gauche à Droite Jean-Pierre Boep et Francis Piscani

De gauche à Droite Jean-Pierre Boep et Francis Pisani
(Crédit photo Danielle Ibohn)

Les échanges continuent avec NJORKU un site d’orientation RH pour chômeurs hyperdiplômés produits par nos universités super académiques. Puis une jeune femme monte au pupitre. C’est le CNA, une ONG pour le cinéma rural.Je comprends l’enjeu: amener la connaissance au population rurale. Cependant très vite, le débat s’accentue sur ses financements. En qualité d’ONG, les organismes internationaux la subventionne. Néanmoins, il ne court que 6 Mois, en plus elle projette des vieux films africains, en plus elle prends souvent des films institutionnels pour se renflouer. alors, elle rassure sur son éthique. Cependant, mon esprit s’égare. Ma voisine de chaise fait de drôle de choses avec un GPS. De l’idée à la carte, j’entrevois une présentation. Aussitôt j’ai levé les yeux. Elle et son compère s’installent. Ils nous entretiennent sur la possibilité de mieux renseigner nos cartes. Car les anciennes datent.  Il créent un site participatif où la plupart des camerounais pourront nous renseigner sur les nouvelles de manière citoyenne. pour ça, il faut un I-phone, et une culture citoyenne. Pour le I-phone, je m’inquiète Pas. C’est le mot citoyen là. Hummm…ça donne l’argent? Quoi, je suis camerounaise, oh!

Puis, un blanc monte au pupitre. Kieu, les projecteurs s’allument. Il doit être important ou c’est la mentalité africaine? ça ne me choque même plus ce genre d’assistance. Il se présente,Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences Po. Il va nous parler de la géopolitique des réseaux sociaux.  Encore un qui nous planifie un complot, c’est sure. Il va nous l’expliquer en 3 histoires. Le recensement du 18è siecle (voulant identifier les religions) engendre les outils de comptable. Ces derniers créent des technologies utilisées pour la déportation des juifs lors de la deuxième guerre mondiale. Les groupes informatiques (BULL, IBM)  s’en mêlent. Et patratra avec les réseaux sociaux, on arrive à une concentration des masses. Cependant, ses derniers se sont garder de nous parler de DPI (réseaux de surveillance). Faut savoir que la connexion vient des câbles réseaux marins. Et ces câbles se retrouvent la plupart des pays de l’Afrique noir où? En Bretagne. Ah! je deviens « aware » Uncle sam n’est pas le seul, La Tour Eiffel watching you!

Submarine Communication Cable

Submarine Communication Cable

 

Bon an, mal an, on s’approche de la fin. Et le pasteur @Etamba (Quoi, c’est vrai! pourquoi j’ai pas pris une Pic, dingue) et joel Nleppe nous résume les 9 idées innovantes:

-L’avenir de la presse

-Cyberattaque

-Moyens de paiements innovants

-Formation aux nouveaux métiers

-Big data

-Localised entreprises apps

-Cheap smart devices

– Focus on Profits

-Africa is rising

Sur cette note, africa is rising. je me rends compte que toutes ses innovations sont folles pour le moment mais l’avenir. Ah! Mes 1m50, mes gens « anormaux ». Ils pensent fous, ils pensent technologie, application dans un pays où dompter facebook est la majeure des préoccupations. Alors on a tweeté toute la journée sauf moi (euh, je me désintoxique peu un peu hihihi)

Fière d’eux,présents ou pas. Daniel Kameni, Martine Ellong, Izane Gaetan, Epoh Max, Mouenthias, Herve Villard, Jean-pierre Boep, Brice Ekobe, Arsene Kapnang, Armand, Hugues, Valdes , Ndedi Estelle, Dorothée daf, carole Leuwé, romeodada, Roméo Noah, Djia, NDjientcheu , Eloge, chouchouazonto, Julie owono, réné jackson, Josiane kouagueu, Ngimbis, GJat, Akouma TV, Djoss TV, shakaazonto, Asitchoma, Raoul Biniga, Salma Amadore, Jean Francis Ahanda, Manekang, Joel Nlepe, Elodie, FrankyWilly Batchou, Ckklein.

Ils étaient sûrs que j’allais me moquer d’eux. (HAHAHAHAHA)

Allez, son’a ponda.

L'After! Quoi? C'est privé! Hihihi

L’after! Quoi? C’est privé! Hihihi (Crédit photo Danielle Ibohn)

Quelques liens vers des articles produits ce jour cc Franky, Mouenthias, Asitchoma

Énergie renouvelable socle de l’économie verte et du développement durable en Afrique  http://bit.ly/YPEVIJ

Une bonne santé pour un business citoyen http://bit.ly/XnpA3G

Il faut arrêter de dire «le Cameroun c’est le Cameroun…» http://bit.ly/Z5tE32

Produire pour… et de l’Afrique http://bit.ly/XnpkSr

Un tour dans « l’innovation distribuée » avec Francis Pisani http://bit.ly/YPEVIJ

La formation en milieu rural http://0z.fr/inX8y