(Crédit photo Zen Faulkes )

(Crédit photo Zen Faulkes )

 

Depuis mon retour, je savoure les joies du chômage. Ce qui est classe à cette période, c’est le nombre de choses que vous expérimentez sans le vouloir. Je passe mes journées sur mes multiples projets IT avec la télévision en fond sonore.

Ainsi, j’ai découvert les télénovelas. Ce sont ces feuilletons quotidiens de soirée des pays hispanophones, lusophones. L’intrigue est l’amour décliné sous plusieurs formes: fraternel, filiale et surtout l’amour avec grand A. Je ne les regardais pas à proprement dit, je les écoutais surtout. Réglées comme des horloges, ces dames de la maison sont friandes de ces programmes. Par conséquent, moi! Quoi? J’ai rejoins le club des ménagères, femmes de maisons et les nounous. Nos journées sont hyperchargées entre 6h et 12h. On prépare tout pour être libre entre 12h et 16h. Euh… C’est toute une organisation, nos journées.
Les feuilletons commencent à partir de 12h sur près de 15 chaines de télévision. C’est parti pour 4 heures. Le plus bizarre, c’est que le timing de ces feuilletons ne se chevauchent pas. C’est vrai! Dingue! Mon après midi est une balade autour du monde. De l’Argentine, passant par le Venezuela, le Mexique, le Brésil, l’Inde, les USA, les sud africains, les philippins, les chinois, l’intrigue reste la même.

Amour, chantages, mensonges, secrets, infidélité, pardon, réconciliation. C’est normal, qu’on ne devienne pas schizophrène. Seule, la culture change. Particularité? Le nombre de personnages. C’est comme s’il faut avoir absolument une trentaine. Et pour les suivre tous? J’ai dû demander un GPS. C’est vrai ! Un GPS, c’est une habituée des feuilletons. Elle a quand même du métier, ma ménagère. A son actif, 10 feuilletons, près de 1200 épisodes à son actif. Quoi? Humm….Elle ne joue pas. Hihihihi.

Chose extraordinaire: plus le scénario est hors du commun, plus il suscite l’attention:

  • un cerveau échangé
  • un personnage dans le coma qui accouche
  • des échanges de bébé
  • des transplantations de cerveau
  • des transplantations de cœur d’une victime à son meurtrier
  • des morts presque toujours ressuscités
  • Histoires d’amour impossible
  • la lutte des classes
  • l’ascension sociale

Tout ça se terminant toujours par un mariage. Dans beaucoup de telenovelas, la musique est mise en avant. Il n’est pas rare que l’actrice principale chante la musique du générique ou de voir dans une scène des chanteurs ou des musiciens interpréter un des morceaux récurrents du feuilleton. (Source Wikipédia et mon GPS)

Ma scène préférée est celle des Feux de l’amour:

– Faut-il échanger le cerveau de OB. Brody (son mari) ne saurait jamais rien. On a besoin de cette subvention pour nos parfums. Il faut absolument influencer la décision de Brody. Kidnappons sa femme pendant deux heures et faisons l’opération. On mettra un émetteur pour contrôler sa pensée.

– Tu crois?

– On enlèverais l’émetteur une fois sa décision prise. Je pourrais enfin conquérir le cœur de Sophia ( Et le flashback meuble le dialogue). Récupérer les parts de mon père dans l’entreprise Machin chouette (me rappelle plus du nom) d’Alexander Klein (me rappelle plus du nom aussi) qui l’a volé à ma mère. Et Sophia sera fière de moi. Et elle n’écouteras plus sa mère Félicia.

Ouf! Je suis arrivée.

Allez, je vous laisse. Il y a la rediffusion de Daniella à minuit. J’aimerais revoir la gifle qu’elle assène à son Sergio. Il n’aurait pas dû lui mentir sur sa classe sociale oh! Il vient se faire pardonner? Il a droit à une gifle. Hihihi

Son’a ponda !