De Douala à Dakar, la séduction est un art.

Le marché de la gare - Dakar (Crédit photo)

Le marché de la gare – Dakar (Crédit photo Fofana )

Dans le cadre de la formation des mondoblogueurs à Dakar, j’ai choisi de me livrer à un exercice plutôt dangereux. C’est vrai! C’est dangereux de s’attaquer aux secrets des femmes. Chacune a une particularité pour séduire son homme. Lucile est une dakaroise plutôt pas très aux normes de la norme. Oui, c’est vrai ! Elle cumule à elle seule 1m60, je vous jure! C’est pour dire qu’avec elle, je me suis sentis chez moi. C’est vrai!

Le marché HLM5 (Crédit Photo Danielle Ibohn)

Le marché HLM5 (Crédit Photo Danielle Ibohn)

Perchée sur leur 1m80 pour la plupart de ces femmes, elles captent l’attention avec leur imposante carrure. Pas cette espèce de forme voluptueuse des femmes de l’Afrique centrale, mais celles de l’Afrique de l’ouest. Hum… De peau noire ébène. Je suis allée à la découverte de ceux qui font d’elles les femmes les plus appréciées du continent.

Elles ne sont pas celles qu’on croit. Cyriac, Suy kahofi Dit Môgôba, Bela et Bamba Moussa déclenchent une discussion dans le car en partance pour l’Institut français.  (Ah! Les Blogueurs i-voi-riens toujours à nous emmerder comme ça). Ce sont des femmes, tu les touchent, tu ne veux pas rentrer chez toi. Wanda! (Etonné).

N’empêche que je suis intriguée. Les thèmes se cherchent lors de la formation. Il faut partir à la conquête de Dakar. Alors sous l’entremise de Vladimir Cagnolari (présentateur de l’Afrique enchantée, une émission de France Inter) , je rencontre Lucile une dakaroise, dit Niak (Parce qu’elle a un accent étranger).

Pour Lucile, les femmes sénégalaises, calmes d’apparence savent comment empêcher nos chers hommes de s’échapper une fois dans le panier. Hum… Que de bonnes surprises !!!!!! Des surprises qui emmènent nos chers i-voi-riens  à voir clairement !!!!

Lucile les appelle les « secrets des femmes ». Je suis perplexe. Les femmes mettent en place des stratégies pour garder leurs hommes. C’est toute une science, toute une science.

Au Cameroun, c’est deux choses: le ventre et le bas ventre. En clair, il s’agit du sexe et de la bouffe. Mais ce qui m’a intrigué dans cette histoire, c’est cette effervescence des femmes autour de ses secrets. Les marchandes sont parfois à l’aise ou ont parfois honte en parlant de « leurs » secrets. Ils sont de tout ordre: les sucettes, les boules de senteurs, des bine-bine lumineux, parfumés, des dessous affriolants. Trois à quatre dans ce marché, elles se passent le mot, les secrets en chuchotant. Assises sur les tabourets, elles discutent pendant des heures.

Lorsque le Sénégal s’en mêle, c’est Lucile qui prend la parole

Bin Bin parfumé (Crédit Photo Fofana)

Bin Bin parfumé (Crédit Photo Danielle Ibohn)

 

Beaucoup de sujets y sont débattus mais Danielle «la  kamer » comme on les appelle au Cameroun s’est jointe à moi pour une tournée aux marché des HLM afin de lui faire découvrir à elle et à mon binôme l’ Ivoirien Fofana les secrets qui font voir le soleil en pleine nuit aux I-Vois-riens !!!!!!  Ma camer n’arrête pas de me répéter avec un air étonnant « Les sénégalaises sont très cooooooooquines ». Nous voila au marché des HLM ; déjà à l’entrée l’ivoirien Fofana commence à voir clair !!!!! Il est même payé des « bine- bine » destinée qu’aux femmes. Donc une question que l’on se pose, elles sont pour qui ces perles ?

La femme sénégalaise est une grande séductrice. C’est tout un art chez elle, elle doit être « Djongué » c’est-à-dire être en mesure de dompter son homme, de le cajoler de telle sorte qu’il n’ait pas l’occasion de voir ailleurs ni de traîner à la descente.

Tandis qu’au Cameroun, l’art de séduire est un tabou. Au Sénégal, cet art de séduire n’en est pas un. Quand une épouse se prépare à rejoindre le domicile conjugal, les tantes s’arrangent toujours pour se retrouver en intimité avec la nouvelle mariée pour lui présenter cet arsenal de séduction.

Internet (Crédit Photo Danielle Ibohn)

Internet (Crédit Photo Danielle Ibohn)

Arsenal que nous avons trouvé au marché des « HLM », cela va des béthios (petits pagnes tricotés à la main qui dévoilent les rondeurs de la femme), des Bin- Bin de toutes les couleurs (des perles dont le tintement suscite le désir du mari). Quand les bloggeurs utilisent l’internet pour écrire leurs billets, d’autres s’en servent autrement. Car au marché des hlm, les femmes ont crée leur propre connexion internet à travers la confection de string et de soutien gorge en perles qui porte le nom « Internet »,et là l’I-Voit-Rien Fofana a pu bien voir claire en se les payant.

Thiouraye "Sauce Piment" (Crédit Photo Fofana)

Thiouraye « Sauce Piment » (Crédit Photo Fofana)

Un homme nous explique que se sont les préambules qui aiguisent son appétit sexuel :

« Je suis tellement comblé car dés que je descends du travail, dés l’entrée de mon appartement, je sens ce parfum de thiouraye  qui envoûte la maison, et ça me laisse penser qu’aujourd’hui la soirée sera spéciale et j’avoue que ma femme est très Djonguée . À chaque fois que j’arrive à la maison, elle m’appelle par mon petit nom, discute un peu avec moi sur tous les sujets, ensuite elle trempe mes pieds dans une bassine d’eau, elle les masse ; je suis détendu après ce moment d’intimité avec elle. Je ne pense même pas aller voir ailleurs ».

Cet arsenal de séduction fait pas mal de victimes surtout chez nos chers hommes qui risquent de tout abandonner et ne suivre que leurs compagnes. Des fois, les belles familles partent même jusqu’à dire que leur fils a été marabouté alors que non. Juste qu’il a été envoûté par secrets de femmes.

Elle a raison la Lucile, elles sont des coquiiiiiiiines

Les dakaroises sont exceptionnelles c’est vrai oh ! Chez nous, on a jamais pensé de mettre du Nap – une poudre sur du ventre, du nombril, sur du front- pour susciter le désir de son mari . On a jamais pensé au Sothio, cette espèce de cure dent qu’on frotte bien loin de son mari , pour qu’il vous regarde vous. Nous , on a jamais pensé cocoter une sauce de piment , mettre sur les braises dans la chambre pour le retenir en période de saison de pluies pour qu’il n’ait pas envie de sortir. On a jamais pensé à ces sucettes aphrodisiaques , le tangal aphrodisiaques, dont le jeu sexuel peut devenir très coquin si on le suce ensemble. Elle sont géniales les dakaroises. Je n’avais jamais pensé à mettre des bonbons sous son oreiller pour le retenir sur le lit. Ou penser au lait de minuit, Seriously, j’arrête là. Les dakaroises, les femmes de la terranga m’ont tuer. Hihihi

Allez,

Son’a ponda  Bathi-kaname (A bientôt en Wolof)

Petit lexique
 
Un tour au marché HLM, nous a permis de connaitre un petit lexique sur ses petits secrets de femme mais très dangereux:
  • Internet : ensemble de string et soutien en perle
  • Bekou Soukar : bec de sucre. Se dit d’un petit pagne dont la taille des mailles s’apparente à celle d’un carré de sucre
  • Bethio : petit pagne
  • Bin-BIN : perles 
  • Dam thieré : tamis pour filtrer le couscous. Se dit d’un petit pagne tissé avec de petites mailles
  • Défar ba mou bakh : l ‘art de bien s’occuper de son homme
  • Dial Dialy : ceintures faites avec de grosses perles initialement portées par les femmes matures.
  • Dogali : éreinter de plaisir .littéralement : achever quelqu’un
  • Pobare : perle en poivre
  • Tey gua thiagua : aujourd’hui tu seras coquine
  • Salagne Salagne : astuces, coquinerie
  • DJARAL FOULANEKH : passe où tu veux (pagne tricoté avec de grand trous)