D’Abidjan à Douala: Les filles androïdes

Qu’on soit d’accord sur ce fait, je suis une fille androïde. Gardez- le bien en tête, nous éviterons bien de quiproquo. Androïde est le nom  donné au système d’exploitation de Google, blablabla… Il est généralement le système d’exploitation le plus populaire dans les smartphones, blablabla. Vous commencez à comprendre? Fille androïde = fille accroc aux réseaux sociaux. D’Abidjan à Douala, nous parlons des filles androides de nos pays, des ressemblances vraiment troublantes. Et si on était un peuple, une nation, avec ses frontières et tout. Venez,  je vous embarque dans le monde des filles androïdes.

Nous aimons le vert…

Si, si , si ce n’est pas un titre pompeux. Une fille androïde est une fille collée à son téléphone, voire scotchée, gluée… Bon, j’arrête avec les synonymes. Normalement dans la « vraie vie » (Parce qu’internet ce n’est pas la vraie vie, on est d’accord), nous sommes soit des grandes gueules, soit pas du tout. Alors nous nous (ouais, vu qu’on est devenu un peuple), défoulons sur nos téléphones, phalettes, tablettes…. Peut-être pour expier la trop grande colère qui est en nous. Parce que toute fille androide, est une fille ronchonne par excellence. Nous nous plaignons de tout, de rien, de l’absurde. On aime se plaindre, c’est le sport par excellence. C’est pourquoi nous aimons le vert. Vous savez, le petit bouton qui marque notre présence sur les réseaux. Chez nous (ouais, vu qu’on est devenu un peuple), on ne se parle pas. On parle à nos téléphones. Deux filles androides dans la même pièce ? Lorsque nous nous rencontrons pour la première fois: «  hééééé tes là ? »  (Indiquant de notre doigt, nos  téléphones). Comme si on était à l’intérieur de nos téléphones. Chose curieuse, nous le faisons à l’unisson. Nous échangeons toute suite les identifiants. Les filles androïdes ne s’appellent que par leurs identifiants. Alors si l’une de nous (ouais, vu qu’on est devenu un peuple) donne un prénom qu’on ne connait pas ? Tout le monde est perdu… tout le monde lol. Pour la petite histoire, elles (ouais, vu qu’on est devenu un peuple) m’appellent plus par mon sobriquet Cynthe que mon véritable prénom Danielle. Nous ne sommes plus habituées à la vraie vie. Hihihi. Jusqu’au moment de la délivrance : Cynthe, c’est Danielle en fait ? Haaaaa ! Le silence est d’or chez nous. Par contre, on aime les onomatopées : Ah si ! Il s’agit de : « waaaaaaaais. » ; « Ah waaaais ? » «  si si… » ; « Oooooh ». Ou, ou, ou, les expressions  que vous entendrez et pas des moindres, c’est : « tu as du réseau ? Ton wifi marche ? Ce wifi marche ? Tu arrives avoir tes notifications ? » Ou la plus célèbre de toutes : « hé hé  hé j’ai plus de data. » C’est carrément hallucinant.

Chaque mètre carré, sa photo …

Je pense que cela devient un trouble obsessionnel compulsif. Si, si,si, c’est vrai. On prend en photo tout. Je dis bien tout. Moi… euh ce sont mes pieds. Vous commencez à comprendre mon syndrome de napoléon. Non ? Ok, pas encore. On y arrive. Nouvelle coiffure, photo. Nouvelle chaussure, photo. Nouvelle peinture de notre maison, photo. Quoi ? C’est nouveau. Photo. L.O.L … Petite précision. Dans la prise de photo de la nouvelle coiffure, il faut absolument qu’elle soit accompagnée par la moue. La moue… ? Vous savez ce que c’est ? Bon, j’explique. Il faut allonger la bouche, serrer les joues, et là, chak, photo… ça rends les photos super belles. Donc dans la rue, si vous nous (ouais, vu qu’on est devenu un peuple), voyez faire ça… à partir d’aujourd’hui ne refrognez plus le visage. Les filles andoides qui se respectent, ont plus de 200 photos sur instagram… Quoi ? Lol.

Nous et les statuts sans sens 

Tiens un chat ! J’adooooooooooooore les chats. Ham… sincèrement il y a des jours,  je me dis que… : ça ne tourne pas très rond chez nous.

Ah si j’ai une guess star dans ce billet : Babeth (ouais, vu qu’on est devenu un peuple).

Ce qui va suivre est le fruit de mon… Imagination exagérément débordante ? Je décline toute responsabilité dans l’hypothèse où Pierrette ou Paulette se reconnaitrait dans la description ci-dessous.

Une femme androide, ce n’est pas que le portable so smart, plus large que la paume dans laquelle il est solidement accroché. C’est aussi une affaire de style. Les femmes androide ont un dress code bien à elles. C’est le style Geek chic. Qu’est-ce que vous croyez ? Qu’elles s’habillent n’importe comment ? Exister sur internet c’est tout un art !

Elles chassent les dernières tendances, les testent en premières, repoussent les limites… Tout est minutieusement pensé et réfléchit au détail prêt. De la paire chaussure au rouge à lèvre tout est passé en revue. Les photos doivent être plus surprenantes les unes que les autres. Un « like » pour une femme androide, c’est comme une voix aux élections présidentielles. C’est le combat d’une vie s’il vous plait !  Chaque photo est une promesse de campagne et chaque « like » le résultat d’un sondage !

Elle est geek et elle est chic !

Lorsque la femme androide que je surnomme moi, la « Geekette » est lâchée en ville, c’est une leçon de mode qui est donnée à ses contemporaines. La tendance du moment en terre d’Eburnie, c’est le pantalon cigarette en pagne, assorti d’un chemisier épaulettes rivet manches longues, en mousseline de soie, style rétro années 40. Lorsqu’elle est d’humeur allumeuse, genre, « je me la joue séductrice malgré moi » c’est bustier pagne sur jeans slim, pantalon skai, mini-jupe ou shirt en cuir raz de fesse, style Nabila Benattia à Miami ! Non mais Allô ? Le tout, apparié d’escarpins Chritian Louboutin, jakpot d’une quête insatiable au marché de friperie du coin. Aie aie aie ! Il me les faut !

On n’oublie pas les cheveux naturels, crépus, coiffés avec goût qu’elle arbore fièrement pour dire à la face du monde, « I’m natural and happy ». La paire de lunette extra large, genre celle de mon grand-père, renforce l’image geek-intello. Même le vernis à ongles pop et flashy, Vera Valenti n’est pas porté à la légère. C’est du « nail art » ! Le rouge à lèvre et le gloss spécial lèvres pulpeuses, indispensable pour la « bouche en cœur », signant chaque photo postée sur les réseaux sociaux, apporte la touche finale à son style.

Une photo avec la légende « En route pour un apéro chez Gourmandine avec ma copine Gigi Queen ! Feu sur la ville ! » Puis elle décolle. Démarche doucereuse sac à main à l’avant-bras (parce que sur l’épaule c’est dépassé), smartphone à la main, déhanchement de déesse, les gens qui l’entourent sont petits. Elle ne les voit même pas ! Orgueil diriez-vous ? Assurance répondrai-je. N’est pas geekette qui veut !

Si celle-là vous scandalise que diriez-vous alors de la…

…nouvelle convertie

Quand elle manipule encore l’ancêtre du smartphone, elle passe son temps à te gueuler dessus parce que tu es accroché 24h sur 24 sur ton téléphone et tu ne lui réponds que par des hochements de tête. Elle ne comprend pas que ça ne s’explique pas, ça se vit !

Puis vient le jour, merci mon Dieu ! Où enfin elle acquiert son premier smartphone. Elle fait trembler la toile avec ses selfies, ses tweets et autres posts dont raffolent les femmes androides. Elle ne vit plus qu’au rythme de fesse-book de likes et de hashtags. Hein ? Ekiéééééé !  Le hochement de tête devient aussi sa langue préférée. Mais elle fait pire que toi ! Smartphone à la main droite, tablette à la main gauche. Tu comprends alors que l’élève a dépassé la maîtresse.

Si tu veux lui compter tes frasques, rendez-vous sur WhatsApp. Un ami à récemment fait ce post très véridique sur Facebook : « Etre célèbre sur facebook et vivre de ses j’aime, c’est comme être riche au monopoly ! » A méditer !

Allez Son’a ponda, je dois vous laisser. Il n’y aura pas de chute à ce billet.Quoi? J’ai une mise à jour, plus des notifications whatsapp, instagram, , facebook, plus des commentaires, des tweets , plus des présentations à télecharger. En plus, je dois… Quoi? Je suis androïde, ma vie c’est dans cette petite boîte noire.. lol

 

 

.

 

 

The following two tabs change content below.
Danielle Ibohn
Je suis hypothétiquement barrée... Je dis bien hypothétiquement. Community Manager en herbe, se prenant rarement au sérieux.