Cameroun: Je blogue donc je suis?

Les blogueurs camerounais… depuis une semaine, je vous menace. Je sais que le digital est le nouveau métier à la mode. Tout le monde se prévaut évangéliste, pionnier, avant-gardiste. Je vous l’accorde, le terrain est encore vierge, le milieu tend à se construire. Mais sous-entends dit-il, qu’il faut faire n’importe quoi ? Je ne pense pas. Aujourd’hui, je m’attaque aux blogueurs camerounais. Ceci est une critique acerbe. Le blogging, C’est un pan du digital. C’est lui qui crée du contenu. Il est d’autant plus important qu’il donne un positionnement, le pouls du Cameroun. N’en dément les journalistes, il a le pouvoir d’influencer les pensées.

@blogapart.info

@blogapart.info

La pléthore des blogs

Avec la démocratisation des coûts d’internet au Cameroun (Dieu, merci il y a une justice dans ce monde. Thank you Djizoous ! Quoi ? Ce n’est pas facile, lol), les blogs ? On en compte près de 200 indépendant de l’espace géographique (de la diaspora ou natif). Sur quoi, je me base ? Le groupe facebook des blogueurs camerounais, le nombre d’inscrits et le nombre de blogs mentionné. Ce qui présuppose que certainement, il n’est pas exhaustif ce chiffre.

Les blogs dits « sociaux »
Les blogs au Cameroun sont presque tous d’une même catégorie. Ils traitent des faits sociaux : politique, économique, fait divers, écologique, environnement, culture en GENERAL. Alors le traitement est linéaire et barbant. Il finit par devenir un journal intime, avec des textes kilométriques, des transitions « bateaux » d’une idée à une autre. Comme celle-ci… Quoi ? Lol !

Les blogs dits « de mode »
Lorsque je disais, presque tous, je parlais absolument des blogs de mode. Au Cameroun, c’est la deuxième tendance. Il suffit d’un tumblr, d’un compte sur blogpost, de deux ou trois photos dit « fashion » et le tour est joué : on est bloggueuse fashion. La plupart est tenue par des filles. Comme si l’apologie de la mode, ce sont les filles. Elles prennent des poses entre amis, ou pas, postent et ont leur blog. Le blog est tellement egocentrique que vous vous demandez à quoi vous servez vous, la lectrice. Quant au lecteur, il en sera plus que ravi.

Les blogueurs « dithyrambiques » ou griotiques

 

Je ne sais pas si l’exemple a été mauvais. La faute aux pionniers du blogging camerounais ? Mais la plupart des bloggueurs pense, plus ils seront acerbes dans leurs écrits, plus ils seront lus. Ce que vous n’avez pas compris, c’est que vous salissez le nom de votre pays. Pourquoi je m’installerais dans un pays où votre description des faits fait froid dans le dos. Le plus important est d’être objectif, argumenter. Ces éléments font défaut, remplacés par des questionnements que le commun des camerounais possède. C’est une perte de temps et d’énergie. Qu’apportez-vous en plus ? Le blogueur n’est pas un journaliste, oui ! Mais de grâce, posez des questions qui susciteront des débats.

Bloguer, ce n’est pas obligé…

 

 

Tout le monde n’a pas l’aptitude pour bloguer, par pitié. Vous voulez vous exprimer ? La plateforme de Microblogging peut vous aider. En plus, Elle est rapide et instantanée. Vous pouvez choisir de vous spécialiser ou pas. Tout le monde s’enfout, mais vous n’engagez en rien, l’image de tout un pays.

Les blogs dits « Spécialisés »
Ce qui est particulier avec les blogs dits spécialisés. C’est qu’ils sont spécialisés en fonction des buzz sur la plateforme. Des blogs sur le tourisme qui deviennent IT. Tu te demandes à un moment si la ligne éditoriale s’est inscrite dans un cours de danse bafia. Les sujets sont traités à souhait selon l’auteur et non sa ligne éditoriale. Tu as dit tourisme, pourquoi tu nous parle d’un évent IT. Ce métier rend schizophrène. Même les auteurs le deviennent. Au point où tu te demandes, si j’ai besoin d’une info, est-ce qu’elle est la personne assignée pour me la donner. Tout le monde veut faire comme tout le monde. Aucune spécificité, aucune personnalité, les blogueurs camerounais…

Les évangélistes du Web Camerounais
Bref, je suis tellement dépassée que je me demande aux évangélistes du Web, oui, je m’adresse à vous : Arrêtez de remplir la plateforme avec vos conseils, tapez les poings sur la table. C’est votre métier ? Ou bien c’est seulement un nom ?

Allez, Son’a ponda !

The following two tabs change content below.
Danielle Ibohn
Je suis hypothétiquement barrée... Je dis bien hypothétiquement. Community Manager en herbe, se prenant rarement au sérieux.