Top 5 des choses à faire pour éviter Ebola

Lorsque je commence ce billet, mes idées s’entrechoquent. Je suis comme prise dans un tourbillon. Bon, commençons par le début. Ebola est l’actualité qui défait la chronique ces derniers jours. Je ne le fais pas exprès, mais mon univers a le don de tourner autour de cette maladie.

Par un heureux hasard, j’ai assisté à un miniséminaire de formation sur la maladie Ebola. Je n’étais pas ravie, ravie d’y assister. Mais bon, fallait se plier aux règlements. Je vais être magnanime. Je partagerais avec vous le contenu de ce miniséminaire. Deux parties le constituaient : la transmission de la maladie et la prévention. Pourquoi ce billet ? Parce que j’ai suivi cette miniformation bizarrement. J’ai écouté et entendu différemment. Je m’attarderais sur la transmission. C’est mon côté citoyen. Alors les interdits nommés sont :

  1. Ne vous embrassez plus
Ebola_Prévention_Afrique

@Huffingtonpost

Je ne vais pas tomber dans la paranoïa. Quoique, le virus Ebola est un pote qui n’a pas trouvé son remède. Par conséquent, tout câlin, tout rapport sexuel, tout bisou sont prohibés à partir de maintenant. Quoi ? La transmission se fait par contact avec une personne infectée : sueurs, câlins, échanges de flux corporels. Ham… c’est comme sida hein ? On ne sait pas qui est infecté. Même chou (mon petit-ami) peut l’être. La période d’incubation est de 2 à 21 jours. Passé cette période, vous pouvez commencer par des symptômes laissant croire une grippe ou du palu, puis vous finissez par cracher du sang de toute part. Ham. .. Choupinou le sexe, c’est fini. Quoi ? Chou pas parano. Lol !

  1. Ne me donnez plus le dos

J’ai commencé par le cas le plus extrême, celui qui concerne la chose la mieux partagée en Afrique. Mais il y a plus : le « bonjour ». Si le sexe avec les personnes infectées est fortement déconseillé, qu’en dira-t-on des salutations. En Afrique, on est  trop câlin dans nos salutations. Oui, oui, les démonstrations d’amour genre baisers, bisous sont mal vus. Mais donne-moi ton dos, oui. Donne-moi ta tête, oui. Donne-moi ta bouche ? Ham… Non ! Ça, c’est prohibé, ça. Alors grand-mère, je te rendrai moins visite hein ? Je viendrai rarement au village hein ? Quoi ? C’est le lieu par excellence de …

@Face 24

@Face 24

  1. Ne plus manger de porc-épic

La viande de brousse, porc-épic, éléphant, léopard, lapin, Bambi, phacochère, gorille, chimpanzé et surtout chauve-souris braisés, bouillis, c’est fini ! Ralala ne faites pas les étonnés. Africains là, vous n’êtes pas écolo. Ayiiii ! Quoi ? On aime manger tout ça et le braconnage n’est pas une question de communication. Il existe et se pratique. Va falloir arrêter de manger la viande de brousse. Va falloir arrêter de se garer et demander ce que tu sais là dans bouillon après un match intense de foot. Va falloir laisser tomber cette viande superbe, qui fond délicatement dans la bouche, on dirait chocolat. Va falloir éviter cette odeur de viande  mélangée aux épices qui rappelle le village. Hé Dieu ! Quoi ? Je respecte l’environnement hein ? Quoi ? C’est la continuité de la chaîne alimentaire. C’est du darwinisme. C’est le respect de la nature. Non, mais les plus forts doivent bouffer les plus faibles…hihihihi.


Au Gabon on mange encore le pangolin par lemondefr

  1. Eviter le Juda kiss

Dieu, je t’aime hein ? Vrai ! Mais L’église est un lieu de transmission par excellence. Quoi ? C’est le seul endroit où les Africains se touchent le plus. Bon, faisons court et bien. Noir et église, vous savez ce que ça donne nor ? Donnez-vous la paix est devenu spectacle. Quelqu’un danse, embrasse, sur une musique endiablée. Eglise pentecôtiste, c’est beaucoup de monde, pas assez espace et la délivrance via le pasteur  « In Jésus Name » est une courroie de transmission de haute voltige. Quoi ?  Hé dieu, pardon pour les adjectifs. Mais, on se connaît, il y a au moins cinq modes de transmission dans église. Ham… Choupinou même église, on ne part plus. On va prier à la maison.

@Africatime

@Africatime

  1. Le rituel des crânes

Pour prévenir contre Ebola, il faut se laver les mains constamment. Cette habitude est le mode de prévention contre Ebola. Alors Chers frères des Grass Fields, si j’utilise un désinfectant pour main, après vous avoir salué, ne vous fâchez pas. Je fais de la prévention. Je vous explique. Dans la partie ouest du Cameroun : déterrer les crânes des ancêtres pour une protection optimum est la tradition. Il faut se protéger contre le sort, la poisse et surtout le mauvais œil. Alors une fois par semaine, ces derniers vont au village, invoquer la protection des ancêtres. Ce rituel est hautement risqué. Parce qu’il cadre avec un mode extrêmement dangereux de transmission : la manipulation des corps infectés. On ne sait jamais. Votre défunt peut être mort de cette maladie. Et cette tradition est une activité à haut risque. Voilà ! Grass Fields = Désinfectant,  quoi ? Je fais de la prévention.

Ou reste plus qu’aller à la source. Le mode de transmission directe d’Ebola vient de la chauve-souris. Et la probabilité que leurs cousins daignent rendre visite aux leurs au Cameroun est grande. Alors si vous me voyez un matin avec fusil en train de jouer « boules » aux frontières du Nigeria, bien vouloir ne pas vous inquiéter, c’est normal, je fais de la prévention.


Tout savoir sur le virus Ebola par lemondefr

Allez

Son’a ponda !

 

 

The following two tabs change content below.
Danielle Ibohn
Je suis hypothétiquement barrée... Je dis bien hypothétiquement. Community Manager en herbe, se prenant rarement au sérieux.