Les fous d’un autre genre: les Jazzis de mon pays

Il y a des commentaires qui vous plombent l’envie de réécrire. J’ y ai mis du temps. Je ne savais pas si j’y arriverais. Mais bon, les événements de cette semaine m’ont ^.^

Je suis, on va dire une barge, une mise à part. On me le rappelle tout le temps. Alors , je vous le dis. Rien à voir avec la mégalomanie. Je suis fan de Jazz. Pour une africaine, une camerounaise, c’est presqu’une insulte.  Alors le jour où j’ai décidé d’aller à un Festival d’AfroJazz, j’ai eu tous les surnoms. Ils font de la musique de recherche, j’ai beau scandé. Rien y fait. Personne ne veut y aller. Beuh… Moi je vibre au jazz.  Cette voix roque qui vous emporte dans son univers, qui vous raconte une histoire d’amour, une histoire tragique, dure sur un ton suave et parfois acoustique. Quoi? Vous ne me connaissez pas comme ça? Hahahaha

danye photo 038

Le jazz est né aux Etats-Unis et plus particulièrement en Nouvelle Orléans qui a d’ailleurs donné son nom à un style de jazz. Le jazz a pris son essor dans une deuxième grande ville aux Etats-Unis: Chicago. On cite entre autres Louis Armstrong le  trompettiste et Sydney Béchet qui lui jouait de la clarinette et du saxophone.  Le jazz s’inspire de trois styles musicaux: le gospel ou le spiritual, le blues et le ragtime . Orchestres composés d’une batterie, d’un piano ou d’un banjo,d’une contrebasse ou d’un tuba,d’un cornet à piston ou un trombone et d’une trompette, dans les années 70 on le qualifie de déviant puisqu’il est joué dans les boites, les cabarets. Le grand instigateur à cette période est Ray Charles. Il fait du style très gospel à l’époque sacré, une musique populaire.

En gros, pour ne pas vous soûler, c’est une musique de noir. Vous comprenez! Elle cherche à revendiquer. Elle cherche à sortir des sentiers battus de la musique européenne. Alors elle cherche de nouvelles sonorités et est travaillée pour avoir une identité. Ha! Wais! Je peux être sérieuse loool! En plus, j’étais partenaire de l’événement 😀 Oui! Écrire, c’est un métier. Bien écrire? Bref, ça c’est un autre débat.

collage

Allez, découvrons le Quartier Sud.

danye photo 034

Au départ, ces mecs me gonflaient. Je ne suivais que du jazz Afro-américain. Vraiment, j’ai mis dû temps à voir au-delà de l’apparence de l’AfroJazz.  Ils sont tout le temps vêtus comme des fous: dreadlocks, culottes, bottes, pagnes, foulards, longues boucles, la tête rasée d’un coté. Ha! Une fille comme moi? Je suis une fille oh! Je fais un premier halte: l’apparence. C’est vrai! Toutes les filles qui disent non! C’est Fauuuux! On regarde ça en premier hahaha. Bref, les mecs ne me rassuraient pas. Alors, par l’entremise d’un de mes jumeaux. Quoi? Il n’est pas facile de trouver un mec de moins 1m 50?  Hum… Bon, il a traversé les 1m50, mais je le regarde sans trop avoir un torticolis. J’ai découvert l’univers afrojazz.

collage_20131202084802814

Les mecs chantent en Douala, en bassa, en beti, en bami. Tu ne comprends rien! Mais tu aimes? Ha! C’est vrai! Rien compris! Les sonorités sont telles qu’elles te surprennent à chaque fois. Ce qui est bien, c’est qu’ils expliquent toujours pourquoi cette chanson. Puis, il y a ses dérivés: les slameurs, les conteurs, les gars de l’oralité.

J’espère que le soundcloud, apparaitra chez vous! lool

Je vous laisse avec un bout du festival

Allez,

Son’a ponda

Mini Mini Jazz é dodi! Ha! Mini Mini!*

*Le jazz est génial!

 

The following two tabs change content below.
Danielle Ibohn
Je suis hypothétiquement barrée... Je dis bien hypothétiquement. Community Manager en herbe, se prenant rarement au sérieux.